undessinparjour

La Marseillaise du second tour

In dessin on 23 avril 2012 at 17:14

La Marseillaise de BuissonVoilà ce qui se passe quand on prend Patrick Buisson comme conseiller.
Pour quérir les électeurs jusque sur les plates-bandes du Front National, on met au premier plan pêle-mêle les thèmes sécuritaires, les voyous, un méchant terroriste pas comme nous par ci, la viande hallal par là, la burqa, travailler plus pour gagner plus, ceux qui travaillent tout court contre ces feignants de chômeurs, les syndicalistes, la sécurité sociale, la dette, l’Europe, on place ici ou là c’est une folie, et autant de ratons-laveurs.
Pour qu’au final, vu le score de Marine Le Pen, le candidat-président fonce à droite, à droite, à droite, toujours un petit peu plus à droite, et maintenant tellement à droite que beaucoup de gens qui ont voté Sarkozy il y a cinq ans ne peuvent plus y trouver leurs petits.
A dégager.

Merci à Fabien pour l’idée de départ et une partie des dialogues.

  1. Dans l’ensemble, il s’agit bien d’un positionnement relatif, leurs électeurs respectifs se réclamant rarement de faire pencher le bateau dans un sens ou dans l’autre, mais plutôt de le remettre droit. On serait ainsi très embarrassé aujourd’hui, pour classer des hommes politiques comme Abraham Lincoln à droite ou à gauche. Républicain, par son souci de l’unité du pays, libéral par son antiesclavagisme, il s’opposait pourtant aux démocrates (à l’époque ceux du Sud étaient favorables à un esclavagisme lié à leur système communautaire) ce qui fait que des agitateurs d’idées, comme Michael Moore (« gauche »), se réclament de ses idées aujourd’hui (2005)… contre les actuels Républicains.

  2. […] une première sous la cinquième République: Le Président-candidat-sortant Nicolas Sarkozy, n’a plus le […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :