undessinparjour

Posts Tagged ‘blanc’

Halte réalité

In dessin on 17 août 2017 at 11:04

Alt-RAprès Charlottesville, les déclarations hors de contrôle de Donald Trump remettent sur le devant de la scène ses liens avec les extrémistes de droite et les mouvements racistes, comme les suprémacistes, l’Alt-Right ou le Ku Klux Klan, soutiens de son élection.

Blanche comme neige

In dessin on 8 octobre 2015 at 10:16

miroir ô mon miroirNadine Morano évincée de la tête de la liste meurthe-et-mosellane des Républicains aux régionales, Nicolas Sarkozy n’en a sans doute pas fini avec elle dans la suite de sa séquence politique pré-2017.

Boutons hors de France

In dessin on 28 septembre 2015 at 14:45

boutonsCe qui est bien avec Nadine Morano, c’est qu’elle y va de bon coeur, et on peut être certain que lorsqu’elle sort une énormité telle que « la France est de race blanche« , elle le pense vraiment.
Ce qui en fait pour Nicolas Sarkozy, qui ne la dément jamais, la Jeanne d’Arc parfaite pour contrer celle du Front National, et afficher sa volonté de bouter les estrangeois hors de France lorsqu’il sera à nouveau au pouvoir. Combattre les extrêmes, donc, dit-il, mais par les extrêmes.

Exposition Soulages à Beaubourg

In dessin on 24 octobre 2009 at 13:54

Déçue parfois par ce que je n’en voyais qu’en reproductions, j’hésitais. Je n’ai pas eu à le regretter. Ce n’est pas souvent qu’un peintre m’impressionne autant par les qualités de perception qu’il projette dans son oeuvre. Son travail met en valeur la nature vibratoire et vivante de la lumière.

Des premiers jeux des premiers tableaux, où le noir n’est que l’une des couleurs, à la constante absolue que le travail sur le noir seul propose, la progression est lente et bien mise en scène par l’exposition.

Les volumes, les textures, les matières, les rapports du noir au blanc et inversement, les rapports aussi du noir au noir et inversement, tout est objet à réflexion. Il faut voir chaque tableau sous tous les angles, parfois l’aborder par la tranche, tourner autour de lui lentement pour pénétrer dans la peinture elle-même, son épaisseur, sa profondeur. A l’OutreNoir, même, fermer les yeux pour comparer à son propre noir intérieur.

Le travail de Soulages tourne aussi autour de l’orientation de la lumière, sur le mat et la brillance, sur la façon qu’a la lumière de se poser sur chaque accident du tableau. C’est la lumière elle-même qui, glissant sur le tableau, devient vivante et expressive.

Chez Soulages, le noir est comme un bourdon qui permet de libérer une mélodie subtile.

Au bout de l’exposition, avant de revenir sur ses pas, la vue sur Paris, depuis le 6ème étage de Beaubourg, sous un soleil radieux, en est d’autant plus éclatante.

soulages

> Jusqu’au 8 mars 2010