undessinparjour

Posts Tagged ‘peinture’

Un Picasso à l’Elysée?

In dessin on 9 octobre 2017 at 08:05

PicassoEmmanuel Macron envisage de faire entrer (enfin?) la peinture moderne à l’Elysée, sous la forme d’un Picasso. Pourquoi pas, mais à l’heure des budgets restreints (pas pour les plus riches) ça risque de faire grincer des dents.

Publicités

Rien à déclarer

In dessin on 2 septembre 2015 at 13:18

pas de déclarationClaude Guéant a été à nouveau entendu, cette fois dans le cadre de l’affaire Tapie.
A la sortie, il ne souhaite faire aucune déclaration.
On le lui ressortira, lorsqu’il sera entendu pour fraude fiscale.

De l’art

In dessin on 13 novembre 2013 at 15:08

Le plus cher du mondeUn triptyque de Francis Bacon représentant trois études de Lucian Freud, est devenue l’oeuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères, chez Christie’s.

Assises du journalisme #2.3

In dessin on 6 novembre 2013 at 16:27

Mercredi 6, après-midi: fact checking

Unité de mesure

assises021 unité de fact checking

Qui va fact checker l’info du jour à Metz?

assises022 info du jour à Metz

Les gens ne mentent pas assez?

assises023 les gens ne mentent pas assez

Et sur IPhone?

assises024 Iphone

Et bientôt le fact checking en direct à la télé?
assises25 fact checking en direct à la TV

Combien ça coûte?

assises26 combien

Les débuts du fact checking

assises28 débuts

Une question de Gilles Bruno

Une question de Gilles Bruno

La défense Beltracchi

In dessin on 30 avril 2013 at 15:56

La défense BeltracchiClaude Guéant devra sans doute rapidement s’expliquer sur certaines découvertes en argent liquide faites lors d’une perquisition effectuée en février.
Il le justifie notamment par la vente de tableaux d’un artiste hollandais du XVIIe siècle peu connu (et là, ça me fait penser à ceci. Mais ce ne serait vraiment pas de chance qu’il les ait achetés là).

MàJ 18h et 18h30: dessin et texte modifiés à la demande d’un lecteur.

Exposition Soulages à Beaubourg

In dessin on 24 octobre 2009 at 13:54

Déçue parfois par ce que je n’en voyais qu’en reproductions, j’hésitais. Je n’ai pas eu à le regretter. Ce n’est pas souvent qu’un peintre m’impressionne autant par les qualités de perception qu’il projette dans son oeuvre. Son travail met en valeur la nature vibratoire et vivante de la lumière.

Des premiers jeux des premiers tableaux, où le noir n’est que l’une des couleurs, à la constante absolue que le travail sur le noir seul propose, la progression est lente et bien mise en scène par l’exposition.

Les volumes, les textures, les matières, les rapports du noir au blanc et inversement, les rapports aussi du noir au noir et inversement, tout est objet à réflexion. Il faut voir chaque tableau sous tous les angles, parfois l’aborder par la tranche, tourner autour de lui lentement pour pénétrer dans la peinture elle-même, son épaisseur, sa profondeur. A l’OutreNoir, même, fermer les yeux pour comparer à son propre noir intérieur.

Le travail de Soulages tourne aussi autour de l’orientation de la lumière, sur le mat et la brillance, sur la façon qu’a la lumière de se poser sur chaque accident du tableau. C’est la lumière elle-même qui, glissant sur le tableau, devient vivante et expressive.

Chez Soulages, le noir est comme un bourdon qui permet de libérer une mélodie subtile.

Au bout de l’exposition, avant de revenir sur ses pas, la vue sur Paris, depuis le 6ème étage de Beaubourg, sous un soleil radieux, en est d’autant plus éclatante.

soulages

> Jusqu’au 8 mars 2010