undessinparjour

Posts Tagged ‘quai d’Orsay’

Pim Pam Pom

In dessin on 25 février 2011 at 14:33

Pim Pam Pom
Des rumeurs persistantes ce matin voient un remaniement se profiler plus rapidement que prévu. Françoise Giroud a dit un jour « la femme sera l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignera une femme incompétente ». On n’en est déjà plus là. Et un couple ?

Hervé Morin au journal de 20 heures

In dessin on 27 juillet 2010 at 18:04


Force est de constater que depuis le début de l’année (et l’affaire des deux journalistes de France 3 et leurs accompagnateurs otages en Afghanistan, mais pas seulement cette affaire-là) c’est Morin qui négocie, Kouchner qui fait le sherpa, et Sarkozy qui récolte… quand il y a récolte. Mais le Président qui récolte, c’est encore normal.

Aussi, quand Morin vient sur le devant de la scène (à savoir, le journal de 20 heures de France 2), on peut bien se douter que ce n’est pas pour parler en son nom propre. On sait sans doute à peu près ce qu’il dira sur Michel Germaneau. Que dira-t-il sur les autres otages?

Mais, au fait… si c’est l’armée qui se charge désormais de notre diplomatie (en temps de paix, c’est du jamais vu), pourquoi un ministère des Affaires Etrangères?
Le quai d’Orsay est-il menacé?
Est-ce que Sarkozy fait toujours confiance à Kouchner?
Et si ce n’est pas le cas, pourquoi le maintenir jusqu’à l’automne, le remaniement annoncé ne devant intervenir qu’en octobre, sans raison particulière?

Les relations commerciales entre la France et la Colombie sont appelées à se développer

In dessin on 8 juillet 2010 at 11:02


Nicolas Sarkozy reçoit aujourd’hui à l’Elysée le nouveau président colombien, successeur d’Alvaro Urribe, Juan Manuel Santos, élu en juin, pour parler de développement et de coopération, sur fond de propos de Jean-Christophe Rufin à propos de la déshérence de la diplomatie française.

Où est le Président?

In dessin on 17 mai 2010 at 18:38


Habitué à se montrer partout et en toutes circonstances, le Président n’a pas sorti le bout de son nez pour apparaître aux côtés de Clotilde Reiss, rentrée d’Iran après dix mois de privation de liberté.

Questions en vrac:
Avait-il peur des interrogations sur les circonstances de cette libération et sur ses à-côtés?
Voulait-il cacher ses contradictions sur le sujet?
Boudait-il la presse, pour une fois?
Voulait-il prendre à revers une fois de plus en terme de méthode de communication?
Ou jouait-il au no Sarkozy day, histoire de récupérer une fois de plus une idée de ses opposants?
Va savoir…