undessinparjour

Posts Tagged ‘sujet sponsorisé’

A l’Atelier Renault

In Non classé on 5 mars 2013 at 16:26

L'Etoile Filante est aux Champs Elysées
Samedi 9 mars à 14h, je serai à l’Atelier Renault avec Luchie et Yap, et juste avant Jérômeuh et Malec. Merci Andrea pour l’invitation.
C’est beau, c’est sur les Champs-Elysées, c’est avec aussi une expo de dessins du talentueux Christophe Merlin, et comme toujours à l’Atelier plein de belles voitures à regarder en vrai.
Si vous êtes à Paris, venez nous rendre visite!

PS: comme je serai à Paris plusieurs jours (du travail, des amis à voir, et surtout un mariage, m’attendent), il y aura peu de dessins sur le blog jusqu’à lundi.
A très vite!

Au théâtre ce soir

In Non classé on 23 septembre 2011 at 18:30

– Tu n’es pas prêt? Il est 18 heures.

– Hein?

– Oui, on sort ce soir, tu as oublié?

– Ohlala, il y avait un film génial à la télé…

Et voilà, il a oublié que j’avais pris les billets il y a un mois.

Car ce week-end, on est à Paris.

– En plus, c’est toi qui avais choisi le spectacle.

– Ah oui, c’est vrai, des comiques… Mais je préfère rester ici et regarder mon film.

Je sens qu’il va falloir négocier serré…

– Allez, prépare-toi!

– Pfff… Pas envie…

En débraillé sur le canapé, il se soulève sur un coude.

Je sens que c’est à moitié gagné.

– Faut que je m’habille?

Oui, il faut que tu t’habilles; tu ne vas pas y aller en caleçon. Il fera frais en sortant, et puis ça ne se fait pas quand on est bien élevé.

– Bon, d’accord, mais c’est bien pour te faire plaisir. J’irai au bar. Parce que, tu sais, ça passe aussi demain soir sur la chaîne Comédie +…

—-

Le gala Juste pour rire / Just for love, c’est encore ce soir et demain soir au Zenith de Paris, et diffusé demain soir samedi sur la chaîne Comédie +.
Visitez aussi la page Facebook de CanalSat.

Voix de garage

In Non classé on 15 septembre 2011 at 18:31

voitureJe me demande s’il existe un gène du choix d’une place pour garer la voiture.

C’est un mystère pour moi.

Mon homme sur un parking plein va aller automatiquement et en moins de six secondes à la seule place disponible sur 6298. Mais ça, c’est facile.

Si en revanche le parking est vide et qu’un choix illimité s’offre à lui, il lui faudra quelques très longues minutes pour en définitive choisir celle la plus éloignée de l’endroit où l’on va.

Cela se vérifie aisément (et empiriquement) le jour des grosses courses, celles où on achète le vin, l’huile, des conserves, le pastis, la bière, un carton de vin et un pack d’eau. Comme il n’y a plus de caddies il faut tout porter à la main. La meilleure place ce jour-là est tout au bout du parking, près de la station-service, avec le rebord en béton et le petit talus à franchir.

Selon l’humeur du jour et le poids du sac à porter, je peux le prendre à la rigolade, ou pas.

Hier, par exemple, c’était « ou pas ». Dans un parking souterrain presque vide, hésiter entre cinq travées, choisir la place qui se trouve entre les deux seuls mastodontes présents, contre un pilier, s’emporter contre le seul piéton visible, écroulé de rire il faut bien le dire, et avoir à manœuvrer six ou sept fois pour rentrer la voiture comme avec un chausse-pied, puis décider de changer de place, tout ceci m’avait déjà un peu énervée. Ce qui m’a mise hors de moi, c’est qu’il ose me dire « vas-y, fais le à ma place ».

C’est à cet instant précis en général que je me rappelle que je n’aime pas faire les créneaux.


Note: gagnez des tas de cadeaux au jeu-concours « Just for Love » (un voyage au Canada à gagner). Pour en savoir plus: chez CanalSat ou chez Comédie +
Visitez aussi la page Facebook de CanalSat.

Soudain l’été 2011

In dessin on 8 septembre 2011 at 17:24

Ca s’est décidé il y a trois semaines, on part.
Loin. 800 kilomètres. Quelques jours, pas plus.

En voiture ? Après moult hésitations, une engueulade (feutrée), un coup de gueule (pas trop fort) et une bouderie (pas trop longue), ce sera non. Pas besoin d’un véhicule là-bas, on peut louer des vélos sur place, ce sera plus confortable en train.
Plus confortable, plus cher aussi.
Achat des billets au guichet (j’aime bien parler à de vraies personnes) ; il y a même des places à tarif réduit, il faut juste partir une demi-journée plus tard et revenir deux heures plus tôt que prévu. Ce n’est pas grave. Pour 50% de réduction on s’y fera.

trainMon vieux sac de voyages (oui, le bleu, celui qui a fait les Etats-Unis) conviendra très bien. Il n’a pas de roulettes mais on peut le porter à dos. Trois t-shirts, trois slips, trois paires de chaussettes par personne, deux pulls, les impers, les maillots de bain, la trousse de toilette et un bouquin, c’est prêt.
Le train à l’aller. Rien à dire. Le wagon n’est pas totalement plein, on est dans le sens de la marche. Je me mets côté fenêtre (j’aime bien regarder le paysage). Tout va bien. Arrivée à destination.

Suivent trois jours de pluie continue. Des ondées, des averses, la saucée, des seaux, des cataractes, des chats et des chiens, des trombes, des hallebardes, bref, le déluge.

Arrive le dernier jour.
Levés assez tôt (mais pas trop), on ouvre les volets.
Il fait beau.
Vite, on replie bagages, on rend la chambre, on laisse le sac à l’hôtel, et on court se promener.
On musarde, on lézarde, on traînasse, on se dore au soleil.
On ramasse quelques fleurs, et sans savoir comment on se retrouve assis sur le bord de la falaise, agitant les pieds dans le vide, face à la mer, tendrement enlacés. On pourrait passer des heures comme ça à regarder le bleu.
Des heures.
Des heures entières…

Et soudain, lui:
— Faudrait peut-être songer à reprendre la route.
Sauf que… eh bien, on n’est pas en voiture, et le train, c’était il y a deux heures.
Vie de merde.


Note: gagnez des tas de cadeaux au jeu-concours « Just for Love » (un voyage au Canada à gagner). Pour en savoir plus: chez CanalSat ou chez Comédie +

Intérieur, nuit

In dessin on 30 août 2011 at 19:12

VDMOn serait à la maison, tard, le soir, après dîner.

Je serais sur mon ordi. Je mettrais la dernière main à un article pour mon blog. Le dessin serait déjà prêt.
J’enverrais l’article en ligne.
Puis j’irais sur les réseaux sociaux.
Sur Facebook pour l’afficher et faire sa pub.
Puis sur Twitter pour le faire circuler.
Ou sur Google Plus, c’est nouveau, il faut que je m’y mette.
Je commencerais à clavarder.

Encore, toujours sur tes réseaux sociaux, dirait mon mari.

Je lui dirais, tu veux me relire ?

Il me répondrait, à quoi bon, tu l’as déjà mis en ligne.

Je lui dirais, j’aimerais avoir ton avis.

Alors il s’assiérait et il lirait tout de même.

Et à la fin du billet, agacé, il me dirait…


Note: gagnez des tas de cadeaux au jeu-concours « Just for Love » (un voyage au Canada à gagner). Pour en savoir plus: chez CanalSat ou chez Comédie +

%d blogueurs aiment cette page :