undessinparjour

Posts Tagged ‘velo’

Le Tour de France 2017 à Longwy

In dessin on 20 octobre 2016 at 07:42

le TdF en Lorraine Alleluyah, le Tour de France 2017 passera à nouveau en Lorraine. Il fera étape à Longwy, la ville aux deux étages.

Côtes et décotes

In dessin on 20 juillet 2015 at 14:29

meilleur grimpeurPlan de com à l’ancienne, relève Arrêt sur Images à propos de l’hallucinante interview à vélo de Nicolas Sarkozy, qui est déjà en campagne, y compris à l’étranger.

L’esprit de l’escalade (pour mouiller le maillot)

In dessin on 17 juillet 2015 at 13:51

escaladeLe Bundestag qui vote sans barguigner pour les aides à la Grèce, et l’Allemagne qui souligne le rôle prépondérant de la France de François Hollande dans le règlement de la crise grecque, c’en est trop pour Nicolas Sarkozy, qui s’est auto-proclamé hier meilleur grimpeur, mais qui se spécialise en fait surtout dans l’escalade verbale, et dont le rôle putatif il y a quelques jours le couvre de ridicule aujourd’hui. L’axe franco-allemand est sauvé pour les uns; plus dure sera la chute pour les autres…
Allez, la saison a été longue; tout le monde a besoin de vacances.

Pas vu, pas pris

In dessin on 15 juillet 2015 at 14:37

vitesseTout le monde s’interroge sur les performances de Chris Froome, et sur le mystérieux bus Sky.
A force d’aller toujours plus vite, plus haut, plus fort, il y en a bien un, un jour, effet euphorisant de la vitesse vitamine oblige, qui finira par arriver sur les Champs alors que ses adversaires et même ses co-équipiers en seront encore à la montagne…

Gonflé(tte)

In Tour de France on 15 juillet 2015 at 12:47

VroomeLance Armstrong qui se pose des questions sur Chris Froome et Sky dans les Pyrénées, c’est so… so 2005, non?

J-1 pour le Tour 2015

In dessin on 3 juillet 2015 at 14:39

départ du Tour de FranceDemain, samedi, c’est jour de grand départ pour le Tour de France. Et aussi pour les juilletistes.

Recyclage

In dessin on 30 juillet 2014 at 14:31

recyclageSégolène Royal a annoncé les grandes lignes de sa loi pour la transition énergétique. De quoi, peut-être, donner des idées à certains qui se recycleront un jour.

Un jour sur le Tour de France 2014

In dessin on 25 juillet 2014 at 13:29

Etape 8, Tomblaine-Gérardmer, 11 juillet

Pour la troisième fois, Orange m’accueille sur le Tour de France, cette fois tout près de chez moi, puisque la huitième étape part de près de Nancy et se termine à Gérardmer. Je n’ai qu’à traverser la ville en bus, ce samedi matin, pour me trouver au village départ, à Tomblaine. Je retrouve avec plaisir Cécile, ainsi que Charly, Eric et Patrice, les trois anciens coureurs qui sont chauffeurs pour les hôtes d’Orange, et Adrien. Cette année, ce qu’ils me proposent dès que j’arrive à leur stand est très excitant : faire toute l’étape dans le véhicule d’un directeur sportif d’une équipe, à savoir AG2R-la Mondiale. C’est une occasion unique pour moi de suivre la course de l’intérieur, et non de devant comme les fois précédentes.

les vélos sur le toitDanyRendez-vous est donné au bus de l’équipe avec Julien Jurdie, ancien coureur devenu directeur sportif, dans la zone technique du village. Les visiteurs sont nombreux, comme autour de tous les bus, pour observer les derniers préparatifs, voir de près les vélos et les coureurs, parler avec les managers, et surtout collecter photos et autographes. Les coureurs et l’encadrement s’y prêtent avec bonne humeur, ce qui n’est pas le cas de toutes les équipes. A l’heure du départ fictif, nous embarquons dans la voiture, qui porte sur son toit un vélo complet et plusieurs cadres : Julien, le directeur sportif, qui conduit ; à sa droite une autre invitée ; derrière eux, Dany, technicien, et moi, séparés par deux roues calées entre nous.

Nous nous intercalons dans la longue file des véhicules. Il y a beaucoup de monde dans les rues de Tomblaine et les premiers kilomètres de course, en ce samedi matin. Sur cette étape, 3km800 séparent le départ fictif, au village, du départ réel, non loin de la Chartreuse de Bosserville dont on distingue le corps principal et les petits pavillons derrière les arbres. Radio Course checke au niveau du portail. C’est ce canal qui indique tout au long de la course échappées, temps de passage et écarts.

le pelotonIl ne pleut pas encore, mais le temps est gris et menaçant. Les coureurs suivent tout d’abord la vallée de la Meurthe et le canal, jusqu’aux salines. La foule s’agglutine dans les virages et les carrefours. Même les gendarmes prennent photos et selfies au bord de la route, tout en faisant barrage pour empêcher les badauds d’envahir la chaussée.

hélicoptèreTrois kilomètres après le départ réel, le belge Bart De Clercq est déjà en difficulté. Il abandonnera en début d’après-midi. On traverse Varangéville, noire de monde sauf au niveau de l’usine chimique, puis Dombasle, presque déserte sauf en plein centre. On continue par l’ancienne Nationale 4. Nous longeons deux sites importants de la Grande guerre : le bord sud du Grand Couronné, où eut lieu une bataille des frontières en août et septembre 1914, puis l’Auberge des Oeufs Durs, à Anthelupt, où le futur maréchal Foch en train de déjeuner reçut le 27 août 1914 l’ordre de quitter le commandement du XX° Corps pour rejoindre le Quartier Général des Armées. Le ballet des hélicoptères se met en place : ce sont un, puis deux, puis trois, puis quatre, qui nous survolent.

Aucune échappée franche ne se fait dans les tout premiers kilomètres ; en revanche, on compte déjà rapidement des retardataires. Un coureur de l’équipe fait une fringale ; l’autre véhicule va le ravitailler en petites boulettes de riz emballées dans du papier alu. En campagne, les voitures roulent sur deux files, avant ou après le peloton. Dans Lunéville, un panneau jaune annonce qu’il faut rouler sur une seule file. Les virages sont serrés et étroits, une foule nombreuse se presse contre les barrières. Juste après le château, dans un virage à angle droit, des pompiers en exercice escaladent la grande échelle. A Chanteheux, deux jeunes filles agitent un grand calicot portant « Peter Sagan marry me ».

Blel Kadri et Niki Terpstra à la jonctionQuelques kilomètres plus loin, la première attaque sérieuse démarre. Deux coureurs, Sylvain Chavanel (IAM) et Niki Terpstra (Omega Pharma-Quick Step), se détachent en plusieurs à-coups. Six, puis bientôt seulement trois autres, Blel Kadri (AG2R), Adrien Petit (Cofidis) et Simon Yates (Orica Greenedge), qui est le meilleur grimpeur des trois a priori, se mettent à leur poursuite. Le train a accéléré, d’autant que le vent est favorable et pas encore trop marqué. Le peloton se scinde, avec trente coureurs distancés. Les trois rejoignent les deux, formant échappée à cinq. L’écart augmente peu à peu, dix secondes, trente, une minute, puis deux assez rapidement. Blel Kadri a une belle carte à jouer : il est depuis plusieurs jours le plus combatif sur ce Tour, il n’a qu’un point de retard sur le leader du maillot à pois de meilleur grimpeur, et, comme il le dit à Julien, il « a les jambes ». Six hommes partis en contre-attaque sont rapidement repris par le peloton entre Croismare, où elle se forme, et Marainviller, où elle est déjà avalée. « Départ rapide », commente Julien.

routerouteDe la voiture de Julien, on voit dans les courbes le peloton s’étirer un petit kilomètre devant nous. Dans Marainviller, sur le bord de la route, deux pompiers soignent un vieil homme qui a sans doute fait un malaise. Thiébauménil a organisé un pique-nique géant dont les participants applaudissent chaleureusement au passage de la course. A Hablainville, c’est une ronde de tracteurs qui accueille les coureurs. Juste avant Bénaménil, le maillot jaune s’arrête pour se soulager au bord de la route, suivi d’une bonne partie du peloton. Christophe Riblon, qui bougonnait déjà dans sa barbe au bus et au départ ce matin, est de mauvaise humeur.

Au kilomètre 35, l’écart est d’une minute 45 ; Julien commence à remonter le peloton vers la tête de la course avec la voiture, à grande vitesse, en klaxonnant à petits coups presque à continu. C’est très impressionnant lorsqu’on est passager, car on passe à la fois très près des coureurs, qui s’écartent sitôt qu’ils nous entendent, et des accotements, qui heureusement sont ici plans et stables.

Blel KadriBlel Kadri et Julien JurdieBlel KadriDevant le peloton, on trouve trois intercalés avant le petit groupe d’échappés. En quelques kilomètres de faux plat, le peloton a pris 3mn10 de retard. La contre-attaque se matérialise à Ogévillers, où la route tourne vers le sud et où le vent est moins favorable aux premiers. « C’est le peloton qui fait la loi », explique Julien. A Reclonville, le directeur de course autorise Julien à passer la voiture du commissaire pour ravitailler Blel. Les règles sont strictes, mais la courtoisie est de rigueur. De toute façon, comme tout le monde se connaît et doit se côtoyer trois semaines et pour toutes les courses à venir, ce serait invivable sinon.

les échappésJulien et Blel échangent quelques mots à la portière ; Blel prend un bidon et une barre énergétique. Puis la voiture se laisse redépasser par les commissaires. L’écart augmente rapidement. Le premier, Chavanel, le mieux classé des cinq au classement général, a quatre, puis cinq minutes d’avance sur le groupe des Astana qui contrôle l’avant du peloton. On passe Gelacourt, Baccarat, où l’écart augmente encore, avant la montée de Deneuvre et le col de la Pêche qui sépare la Meurthe-et-Moselle des Vosges. Puis, dans la descente vers Ménil-sur-Belvitte, l’écart se stabilise à 6mn20. Julien continue à parler, cette fois dans le micro de l’oreillette, pour réguler l’effort de Blel. L’écart ré-augmente à 7mn30 à Rambervillers (double chicane), à 8mn50 à Vomécourt ; 9mn à Padoux, presque 11mn à Jeuxey, juste avant Epinal.

orageLe vent se lève soudain; le ciel s’assombrit. Un gros orage s’est formé sur notre gauche, vers le nord du massif. Passe une voiture de France Télévisions entre le peloton et les échappés. La moto de RMC se rapproche pour préparer une interview de Julien qui aura lieu finalement quelques kilomètres plus loin. Le ravitaillement est juste après Sercoeur. Dans les musettes, qui sont lourdes, de l’eau, de l’énergétique, du frais, des gels, des pâtes de fruits, des barres de céréales, de quoi se restaurer léger, et toujours les fameuses boulettes de riz, salées ou sucrées.

Georges QuirinoGeorges QuirinoLa moto de RMC se rapproche et roule contre notre voiture quelques minutes, le temps que Georges Quirino interviewe Julien dans le direct. « Il y a deux courses en une, l’étape et le classement du maillot à pois », dit Julien, qui explique aussi qu’il a reconnu l’étape avec Romain Bardet et Jean-Christophe Péraud une quinzaine de jours plus tôt. « On gère l’étape, et pas le maillot », ajoute Julien, qui ajoute que « l’écart va diminuer avec les cols ».

JRI FTVLa course entre dans Epinal par le Saut le Cerf. Les rues sont noires de monde. Le directeur sportif et son coureur de tête se parlent : météo (il pleut sur le col de Grosse Pierre et sur l’arrivée, pas encore à Epinal), avance (Blel pose souvent la question dans les trente derniers kilomètres), nutrition, encouragements (à cinq minutes d’avance ou plus au bas du premier col, la victoire est jouable). En remontant la vallée de la Moselle par la parallèle à la nationale, la pluie nous cueille à Arches, comme souvent. Le sprint à Dinozé compte pour le maillot vert, à 33km de Vagney, d’où démarre la montée du col de la Croix des Moinats, première difficulté du jour. Le parcours passe par Saint-Nabord, Remiremont, Saint-Etienne, Saint-Amé, le Syndicat, et quitte la vallée à Vagney, où la foule est impressionnante, et où un timide rayon de soleil fait une percée.

Nour-Eddine ZidaneLa pluie reprend après une courte éclaircie. Chavanel lance une attaque un peu avant le début de la montée du col de la Croix des Moinats. L’écart a fondu, mais s’est stabilisé à un peu plus de cinq minutes au pied du col. Kadri rejoint Chavanel ; les trois autres sont distancés. Julien tempère Blel pour qu’il gère et ne s’épuise pas à des efforts inutiles. « Chavanel y va en bourrin ; on le connaît, on le laisse bien bosser », commente-t-il. A mi-montée, Blel, qui mouline avec rythme, a passé Chavanel et atteint le sommet avec presque une minute d’avance. Le col lui-même est une cuvette, avec une petite remontée où Blel prend le maillot de meilleur grimpeur à Cyril Lemoine.

Blel KadripublicLa descente qui suit sur la Bresse est régulière et peu technique. La course ne descend pas jusqu’au fond de la vallée, mais reprend dès le carrefour la route du col de Grosse Pierre, non par la route actuelle, mais par la côte des Jardins qui rejoint le col par la route du Droit. La pente par endroits est à plus de 16%, avec cinq virages en épingles à cheveux. La route est si étroite, et il y a tant de monde, que Blel Kadri grimpe, à bonne allure, entre deux rangs de spectateurs qui le touchent et l’encouragent malgré la pluie battante. La voiture doit monter en première. Elle cale en pleine pente, des spectateurs et Dany le mécanicien poussent pour la redémarrer. A Grosse Pierre, dans un brouillard à couper au couteau, l’avance de Kadri sur Chavanel est d’un peu moins de 2mn, de 4mn30 sur le peloton. « Pas de risque dans la descente », crie Julien, dont la voix enfle. La descente sur les Bas-Rupt, le faux plat, la petite grimpette, puis la bascule vers Gérardmer au col du Haut de la Côte se passent sans encombres. A gauche, le lac apparaît soudain, majestueux. En ville, le public est venu nombreux. Les parapluies sont ouverts. Blel file entre deux rangs colorés qui l’acclament dans les rues de la ville.

les derniers hectomètresAu niveau de la mairie, le virage est très sec vers la Mauselaine pour entamer les deux kilomètres de la dernière montée. La pluie a redoublé ; il fait très sombre. Au dernier kilomètre, Julien crie à Blel, des larmes dans la voix « c’est gagné, est-ce que tu te rends compte de ce que tu vas ressentir en arrivant ? ». L’émotion est immense, et communicative. Dany le mécanicien essuie une larme.

A l’arrivée, Blel lève les bras, sourit, envoie des baisers à la foule. A la marque, au lieu de prendre l’allée des voitures vers la droite, Julien continue tout droit derrière son coureur, franchit lui aussi la ligne, stoppe la voiture, et court vers Blel qu’il enlace, saisi aux larmes. La suite est pour les médias.
souffler dans le ballon

L’émotion intense, je l’ai partagée aussi tout au long de cette étape. Merci encore.

col de Grosse PierreBlel Kadri  le lendemain au village départBlel Kadri en maillot à poisla magicienne du villageEt épisode #7 de « Dans la roue » d’Arnaud Mattéoli.

%d blogueurs aiment cette page :